On réaménage tout le jardin. Le premier vrai cycle du petit jardin, Acte 1

Publié le par Laure

Rose, tournesol, zinnia, lavande
Rose, tournesol, zinnia, lavande

Ce printemps, nous avons continué à beaucoup travailler au réaménagement du jardin.

Les palissades ont tout d'abord été achevées. Elles sont presque exclusivement (à part deux panneaux et les poteaux + visseries) faites avec de la récup. Du bois de palettes acheté sur Le Bon Coin et peint en blanc.

Nous avons créé une allée gravillonnée ainsi qu'un "sas" à l'entrée du jardin : cet espace nous appartient mais nous devons une servitude piétonne à notre voisin. Il nous semblait donc utile de délimiter cet espace afin que notre voisin puisse passer sans encombre, tout en nous protégeant d'une éventuelle fuite de nos animaux et en gardant une saine intimité. Là aussi, pour créer la petite barrière et le portillon, nous avons repris les barrières utilisées par les anciens propriétaires, pour faire une délimitation qui ne nous convenait pas. Un petit coup de peinture blanche, et hop!

La configuration du jardin ayant beaucoup changé, nous avons dû faire un bel apport de terre végétale pour combler les manques. Ce qui a aussi permis d'enrichir une terre pauvrasse, vu qu'en creusant, nous n'avons pu que constater que le sol était rempli de gravats et de cailloux. De la terre de remblais...le top! Nous nous sommes adressés à une entreprise située à deux pas du village.

Nous avons aussi peint le vilain mur en parpaings qui nous sépare d'un de nos voisins. Il a fallu faire un peu de mortier afin de combler les trous, puis passer le rouleau de peinture, trois fois. Nous sommes bien loin d'en avoir fini avec lui : nous avons disposé des pots de fleurs sur le rebord du muret en pierres, juste devant, et avons commencé à le "décorer" en posant tout contre la vieille porte de la cave, qui ne nous servait plus. Cela donne un effet trompe l'œil et quelques invités se sont faits prendre, demandant où menait la porte. Nous avons aussi posé, sur l'autre pan, l'ancien portillon en fer, qui ne sert plus non plus. Nous avons pour projet de ne garder que la rosace du milieu et la fixer au mur.

Les palissades avant / après
Les palissades avant / après

Les palissades avant / après

L'allée gravillonnée

L'allée gravillonnée

Le "sas" d'entrée avec le portillon qui mène au jardin et qui délimite

Le "sas" d'entrée avec le portillon qui mène au jardin et qui délimite

Après l'apport de terre végétale

Après l'apport de terre végétale

Le vilain mur fait peau neuve et reprend des couleurs

Le vilain mur fait peau neuve et reprend des couleurs

Tous ces travaux se sont parfois avérés délicats et ont pu m'attirer la foudre car je ne cessais de marteler qu'il fallait faire très attention aux plantes déjà en place.... Bouhouhou, la pénible!!

En effet, de l'ancien jardin, ont été conservés le superbe et odorifère chèvrefeuille (Lonicera Japonica Halliana) et le pied de bignone, découverte grimpant dans le chèvrefeuille et reconnue à ses feuilles car pas de fleurs l'an dernier, au contraire de cet été!! Est aussi resté un jasmin d'hiver, mais qu'il a fallu changer de place car l'abattage des deux marronniers malades l'exposait bien trop aux ardents rayons du soleil. De plus, il s'essouflait un peu et avait besoin d'être bien rabattu. Et enfin, un très beau rosier grimpant blanc, qui embaume surtout au printemps.

Chèvrefeuille, bignone, jasmin d'hiver et rosier grimpant

Chèvrefeuille, bignone, jasmin d'hiver et rosier grimpant

De plus, l'an dernier, j'avais déjà planté :

 

une passiflore, qui n'avait que très peu fleuri. Dans un article, au printemps, je promettais une belle floraison pour l'été. Pari tenu, elle est superbe!

Passiflore en fleur

Passiflore en fleur

un Oranger du Mexique (Choisya Ternata), qui a bien fleuri au printemps et s'épaissit au fil des mois.

Oranger du Mexique, en fleur au printemps / la touffe estivale
Oranger du Mexique, en fleur au printemps / la touffe estivale

Oranger du Mexique, en fleur au printemps / la touffe estivale

une Mauve (Géante, mais je ne suis pas sûre puisque je n'ai une fois de plus pas gardé l'étiquette...). L'an dernier, elle s'était faite discrète et je m'étais demandé si elle se portait bien. Quand on voit les belles hampes florales de cette année, il n'y a plus aucun doute.

Mauve

Mauve

de l'Helxine, qui forme rapidement de beaux tapis mousseux dans les plates bandes. Elle habille élégamment les zones terreuses, épouse les anfractuosités et protège les pieds des plantes, leur donnant un peu de fraîcheur, bien salutaire en ces temps de canicule.

Helxine
Helxine

Helxine

de la Lavande : un pied dans le jardin, que je n'ai pas taillé alors qu'il aurait fallu et qui est tout simplement énorme. Deux autres pieds, que j'avais plantés dans le jardin aussi, mais dans un coin certainement trop ombragé et humide. Ils souffraient. Ils ont fait, au printemps, un petit voyage vers l'impasse devant mon portail, plus chaude et sèche, où ils semblent beaucoup se plaire.

Et puis, un tout petit pied, cadeau d'une de mes copines. J'ai pensé l'avoir perdu plein de fois, tout sec et rabougri qu'il était. Changement de place au printemps qui lui a fait un bien fou. De jolies grappes violettes sont venues en témoigner.

Lavande
Lavande

Lavande

La petite lavande que l'on m'a offerte
La petite lavande que l'on m'a offerte

La petite lavande que l'on m'a offerte

des pieds de Buis, autour de la terrasse et qui entourent une partie de ce qui est désormais devenu un petit potager. L'un des pieds semblait lui aussi souffrir de l'humidité ambiante du coin. Il a été mis en pot, au soleil, en attendant de se refaire une santé et de lui trouver un endroit plus adéquat. Chose faite au printemps, où il est venu se poster dans l'impasse, pour protéger le pied de la clématite, à côté des deux lavandes pré citées.

Le buis protégeant le pied de clématite et se requinquant ainsi que les deux lavandes, elles aussi déplacées

Le buis protégeant le pied de clématite et se requinquant ainsi que les deux lavandes, elles aussi déplacées

des Iris, des Montbretias (crocosmias), une fougère et un petit prunier donnés par ma Mamie en août dernier. Les iris, pour l'instant, n'ont pas fleuri et j'attends le mois d'août pour certainement les déplacer afin qu'ils aillent rejoindre les pieds plantés cette année. Mais la décision n'est pas encore tout à fait prise. Les Crocosmias ont d'abord atterri dans un petit parterre bordant l'allée gravillonnée. Je les ai déplacés ce printemps, trouvant qu'ils seraient bien mieux ailleurs. J'avais lu que, du fait de leur déplacement, ils ne fleuriraient pas. Et bien, ils ont défié les lois de la nature et nous offrent leur première floraison, à tomber. La fougère vit sa vie à l'ombre du chèvrefeuille et semble tout à son aise. Quant au prunier, il a lui aussi changé de place à l'automne dernier, pour avoir le plus de soleil possible. Il fait de jolies feuilles et pousse gentiment. Avec lui, il faudra forcément se montrer patient.

Iris

Iris

Crocosmias ou Montbretias

Crocosmias ou Montbretias

Fougère à l'ombre

Fougère à l'ombre

Le prunier qui grandit à son rythme

Le prunier qui grandit à son rythme

des Sédums Spectabile, qui ont eux aussi changé de place au printemps, sauf un pied qui n'était pas encore sorti et que je n'ai vu que trop tard. Il attendra donc l'automne prochain. Les tiges se dressent fièrement et j'attends la floraison, que j'adore, avec impatience. Elle n'est pas loin...

Sedum : je montre le bout de mon nez au printemps / En bouton au début de l'étéSedum : je montre le bout de mon nez au printemps / En bouton au début de l'été

Sedum : je montre le bout de mon nez au printemps / En bouton au début de l'été

Sedum, la floraison de l'été dernier
Sedum, la floraison de l'été dernier

Sedum, la floraison de l'été dernier

trois Roses Trémières (Alcea Rosea Chater's Double une jaune + une violette et Alcea Rosea noire), plantées le même jour, au printemps dernier. L'une se plaît drôlement et est énorme. Les premières fleurs sont arrivées cette année, c'est celle de couleur noire. J'avais planté la même dans mon ancien jardin et avais totalement loupé mon coup : elle avait disparu en moins de deux, sans laisser de trace, me laissant avec une belle déception. Donc, je suis encore plus heureuse d'avoir enfin la chance de contempler celle-ci, qui ouvre ses fleurs petit à petit, jour après jour. Les deux autres ont eu plus de mal à s'installer et j'ai dû les bouger plusieurs fois. Elles sont par conséquent, bien plus petites que la première mais elle promettent elles aussi des fleurs. Ne reste plus qu'à attendre.

Rose trémière noire

Rose trémière noire

un pied de framboisier, pousse récupérée dans mon ancien jardin, avant le déménagement. Je l'ai déplacé au printemps car l'endroit où je l'avais planté l'an dernier ne me convenait plus. Entre-temps, il avait fait de nombreux petits, dont un ou deux, là encore, qui n'étaient pas sortis au moment de la transplantation et qui suivront le même chemin que les autres, à l'automne prochain. Quelques unes des pousses déménagées ont fait triste mine pendant un petit moment, la tête en bas. Mais les copieux arrosages ont eu raison de leur coup de mou! Tout le monde se porte désormais très bien! Et l'on peut déguster les fruits, enfin....ça c'est une autre histoire!!

 

A très bientôt pour la suite!

Framboisier et framboises

Framboisier et framboises

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Bonjour Laure, étant donné tout ce que tu as fait dans ton beau jardin
Répondre
A
Quel travail ! En une seule année les bases de votre jardin sont posées. Il y a de quoi être fière. Vous avez la main verte. Bon courage pour la suite et à bientôt sur la communauté Jardins nature.
Répondre
L
Merci beaucoup Alain!
Merci deux fois : pour l'acceptation dans la communauté Jardins nature ainsi que pour votre message et ce commentaire.
A bientôt.