Les oiseaux, les mangeoires et l'hiver

Publié le par Laure

bébés mésange
bébés mésange

Au premier printemps passé dans la maison, nous avons trouvé un nid de mésanges, bien plein et piaillant, dans le corps de la vieille pompe à eau qui ne fonctionne plus depuis des lustres.

Au moment de sortir, les petits patauds se sont retrouvés piégés car l'ouverture était bien trop réduite pour leur faciliter la tâche. Nous nous en sommes rendus compte un peu tard et cela a malheureusement occasionné quelques pertes...

Je crois bien que c'est après cet épisode que nous avons eu vraiment envie de nous occuper des oiseaux du jardin.

Bébé tout juste sorti du nid, pas très à l'aise et échevelé

Bébé tout juste sorti du nid, pas très à l'aise et échevelé

Par conséquent, depuis l'hiver dernier, nous avons commencé l'opération "graines dans les mangeoires". Quelle ne fut pas notre surprise de voir atterrir une multitude d'espèces différentes... Nous n'en imaginions pas autant dans le coin. Cela a été aussi pour nous l'occasion d'en découvrir quelques unes et, bien sûr, d'assister, une fois encore, à un véritable spectacle au jardin.

Le moins que l'on puisse dire c'est, qu'après les acrobaties du lutin roux, ceux à plumes mettent une belle animation au jardin!

Pinson en attente sur la palissade

Pinson en attente sur la palissade

Au premier hiver, nous avons acheté deux mangeoires : une en bois à accrocher contre une palissade ou un mur, une en plastique (pas très jolie mais pratique) à suspendre à une branche et que nous avons installée dans le lilas.

Elles ont eu toutes les deux un grand succès auprès de nos amis à plumes! Un peu moins auprès de notre voisin qui a vu sa terrasse se couvrir de coques décortiquées de tournesol... Un inconvénient auquel je n'avais absolument pas pensé... Il a cependant été beau joueur et m'a assuré avoir trouvé une contrepartie à ces salissures dans le joli spectacle aérien. Il a d'ailleurs finalement, lui aussi, acheté une mangeoire cet hiver!

Mais je me suis quand même promis de changer de place celle des graines de tournesol... 

La mangeoire en bois, adossée à la palissade, pour les graines de tournesol

La mangeoire en bois, adossée à la palissade, pour les graines de tournesol

Mésange bleue à la mangeoire en plastique
Mésange bleue à la mangeoire en plastique
Mésange bleue à la mangeoire en plastique
Mésange bleue à la mangeoire en plastique

Mésange bleue à la mangeoire en plastique

On se relaie à la mangeoire

Chose faite cette année. La mangeoire a migré de l'autre côté du jardin, près du noisetier. Elle est accompagnée depuis fin novembre par une très belle et grande mangeoire en bois peint, très chic, suspendue à une branche du noisetier, dans laquelle je mets des graines et des boules de graisse, sans filet autour. Car, comme pour tout ce qui concerne le jardin, je me suis renseignée et ai découvert que les boules de graisse avec filet sont dangereuses pour les oiseaux qui peuvent y rester accrochés, prisonniers des mailles, ou s'y blesser. Rien n'empêche de les acheter avec leurs filets, il suffit simplement de les enlever avant de les donner à manger.

Et malgré les protestations de mon amoureux, j'ai gardé la vilaine mangeoire en plastique car elle est bien utile!

 

Le partage de la mangeoire, pas toujours facile, surtout lorsque les verdiers s'en mêlent
Le partage de la mangeoire, pas toujours facile, surtout lorsque les verdiers s'en mêlent

Le partage de la mangeoire, pas toujours facile, surtout lorsque les verdiers s'en mêlent

La belle mangeoire en bois

La belle mangeoire en bois

Les mangeoires nous ont apporté d'autres surprises au printemps dernier, lorsque nous avons vu germer des pieds de tournesols, venant de graines non mangées et tombées au sol.

J'ai laissé les têtes sécher sur pied puis les ai posées à plat sur un muret au soleil. Force a été de constater que les oiseaux ne les ont cette fois-ci pas oubliées! Les graines ont été mangées et, pour certaines, elles avaient déjà été dévorées sur le pied.

Les têtes de tournesols sèchent

Les têtes de tournesols sèchent

Pour parfaire le tout, nous avons acheté l'an dernier un premier nid, à grande ouverture (exprès pour rouge gorges ou merles). Nous l'avons mis trop tard, au printemps, et personne n'est venu y nicher. Depuis, nous avons appris qu'il faut installer les nichoirs durant l'hiver, car les oiseaux recherchent déjà à cette période leur future maison. De plus, lors de nuits trop froides, ils peuvent leur servir d'abri.

Nous attendons maintenant le printemps prochain pour savoir s'il sera investi. Cela peut prendre des années avant qu'un nid ne soit occupé. Il se peut aussi que jamais personne n'y vienne!

Cette année, nous avons fait l'acquisition d'un autre nid (à petite ouverture, pour mésanges cette fois-ci). Je l'ai pour l'instant installé dans le noisetier. Pas sûr que ce soit sa place définitive...

Nid pour merles et rouge gorges, à grande ouverture

Nid pour merles et rouge gorges, à grande ouverture

Nid pour mésanges, à petite ouverture

Nid pour mésanges, à petite ouverture

Pour finir, quelques petits conseils pour nourrir les oiseaux, si le coeur vous en dit.

Nul besoin d'avoir un jardin pour le faire, les oiseaux viendront aussi manger sur un balcon et, s'il y a même un coin un peu tranquille et que vous avez installé un nid, il se pourrait bien que vous les trouviez un jour en train de nicher là.

Alors, surtout, ne vous privez pas!

Règle numéro 1 : quand on commence à nourrir, on n'arrête plus jusqu'aux beaux jours (en gros mars / avril). Si vous arrêtez en plein milieu, les oiseaux qui auront pris leurs habitudes chez vous seront perdus et en danger. Il faut donc bien réfléchir car les mangeoires seront à remplir au moins une fois par jour, parfois plus...

Règle numéro 2 : ne jamais donner de pain, ce n'est absolument pas bon pour eux, la mie enfle dans leur ventre et finit par les tuer... Préférez des graines en mélange (en vente dans les animaleries et supermarchés) et des graines de tournesol (en animaleries et supermarchés aussi). Vous pouvez aussi donner des boules de graisse du commerce (je rappelle, sans filet) mais que vous pouvez aussi confectionner vous mêmes. Vous trouverez de nombreuses recettes sur le net.

Pour ma part, j'achète un paquet de graines en mélange que je verse dans 2 mangeoires et un autre, exclusivement de tournesols, que je mets dans une troisième. Quant aux boules de graisse, je les dispose dans la grande mangeoire bleue, au milieu des graines. Vu que c'est un plateau, elles sont faciles à atteindre pour les oiseaux et protégées des intempéries.

Règle numéro 3 : si vous avez la place, diversifiez les types de mangeoires et mettez aussi des graines au sol. Tous les oiseaux ne se nourrissent pas de la même façon. Vous attirerez et aiderez ainsi de plus nombreuses espèces.

Règle numéro 4 : toujours donner de l'eau, par exemple dans un dessous de pot un peu large mais pas profond, ils boiront et s'y baigneront, même si c'est l'hiver. C'est très important pour eux.

Règle numéro 5 : mettez le tout en hauteur, à l'abri de la pluie et des chats, les plus grands prédateurs des oiseaux!! Donc, par exemple, prenez soin d'éviter les grosses branches des arbres, sur lesquelles le félin cheminera sans problème pour aller chercher sa pitance... Et je ne parle pas des graines, hein!! Si vous donnez à manger au sol, veillez à ce que l'endroit soit dégagé pour que l'oiseau ait une bonne visibilité et se mette rapidement à l'abri si besoin.

Règle numéro 6 : nettoyez vos mangeoires (avec de l'eau bouillante, pas de produit) et enlevez régulièrement les graines qui restent dans les coins ou qui auraient pu se coller avec l'humidité.

Règle numéro 7 : vous pouvez aussi donner, mais modérément, des fruits (pommes et poires -les deux sans les pépins, fruits de la passion, raisin -même sec), des légumes (carottes, endives, épinards, courgettes, concombre, radis, petits pois).

Règle numéro 8 : ne vous découragez pas si vous ne voyez personne à la mangeoire les premiers jours. C'est normal! Il faut leur laisser le temps de comprendre.

N'oublions pas qu'en plus d'être jolis, les oiseaux sont aussi très utiles pour la biodiversité et la lutte biologique contre les nuisibles du jardin. En leur offrant le gîte et le couvert, vous serez récompensés : une fois fidélisés, ils vous seront d'une aide précieuse, à condition bien sûr de ne pas mettre de produits chimiques et toxiques dans le jardin!

Ce serait dommage de se passer de ces si jolis auxiliaires...

Mais nous en reparlerons, car un article consacré aux auxiliaires du jardin et aux moyens de les attirer et les garder chez nous est prévu.

En attendant, je vous invite à lire ce petit article tiré du site Truffaut : http://www.truffaut.com/jardin/jardinage-ecologique-recyclage/lutte-biologique/Pages/conseil-oiseaux-amis-jardin.aspx

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
bonjour, je découvre ton blog grace au sol! depuis 2 ans je nourris les oiseaux de mon jardins. c'est un véritable spectacle et une bonne animation durant l'hiver. j'ai découvert également des variétés que je ne connaissais pas comme la sitelle. je me suis aperçue que chaque espèce avait ses habitudes et certains n"hésitent pas à appeler à la fenêtre quand les mangeoires sont vides! bon we
Répondre
M
Bonjour Angélique! Et oui, le sol... je suppose donc que tu as la chance d'y participer. Pour moi, ce sera pour l'année prochaine.
Je te rejoins par rapport aux oiseaux, quelle animation!! Et c'est vrai qu'en les nourrissant, on découvre tout un tas d'espèces que l'on ne soupçonnait pas et qui ont, ça c'est sûr, leurs petites habitudes quant à leur façon de se mettre à table. Par contre, je n'ai jamais eu le plaisir de voir un oiseau toquer à la fenêtre pour réclamer sa pitance. Ce doit être incroyable!
Peux tu me donner le nom de ton blog stp? J'aimerais bien aller y faire un petit tour!
Bon week end à toi aussi, à bientôt!
Laure