La balade romantique à Giverny, 2

Publié le par Mes petits jardins bonheurs

Chez Monet, à Giverny
Chez Monet, à Giverny

Passons maintenant par le tunnel qui mène au Jardin d'eau... D'autres surprises nous y attendent!

Quand on parle du Jardin d'eau de Monet, tout le monde ne pense qu'au fameux Bassin aux Nymphéas, si souvent peint par l'artiste. Ce bassin, cela n'est plus à prouver, est superbe et bourré de charme et nous allons évidemment nous attarder longuement dessus. Mais il n'y a pas que le bassin dans le Jardin d'eau...

En effet, pour créer son plan d'eau, Monet a détourné un ruisseau, le Ru.

Et c'est d'abord celui ci que nous retrouvons et au dessus duquel nous pouvons passer, à plusieurs reprises, avant d'accéder à la pièce maîtresse. Ce ruisseau, il faut le dire, ne manque pas de charme non plus.

Monet ne s'est pas contenté de créer un seul coin magnifique, en laissant le reste de côté. Il a savamment occupé tout l'espace disponible, sans rien négliger, tout en semblant préparer lentement le visiteur à ce qu'il va découvrir.

Le Ru se scinde en deux à notre arrivée, créant d'un côté un bras de ruisseau qui continue à serpenter le long du jardin, et de l'autre, un deuxième bras qui plonge dans le bassin et abrite de jolies barques prêtes pour la promenade. Entre les deux, une belle bambouseraie borde le début du bassin, juste avant le fameux Pont Japonais, tout habillé de glycines (qui, si je ne m'abuse, sont toujours les pieds plantés par Monet). Ce pont marque le début du bassin que nous connaissons tous.

Voici le Ru arrivant dans le jardin d'eau quand on regarde à droite, sur la première passerelle.

Le Ru

Le Ru

Puis, sur la même passerelle, mais en se tournant à gauche, la bambouseraie sur l'îlot qui sépare le Ru en deux.

La bambouseraie sur l'îlot

La bambouseraie sur l'îlot

Les barques attendent les promeneurs
Les barques attendent les promeneurs

Les barques attendent les promeneurs

Le Ru file du côté droit...

Le Ru serpente à droite

Le Ru serpente à droite

A gauche, l'autre bras vient se jeter dans le bassin, en passant sous le pont japonais, sur lequel les promeneurs ne manquent pas de se prendre en photo!

Le pont japonais et ses glycinesLe pont japonais et ses glycines
Le pont japonais et ses glycinesLe pont japonais et ses glycines

Le pont japonais et ses glycines

Et puis nous découvrons le Bassin aux Nymphéas, bordé d'une multitude de plantes, arbustes, arbres qui viennent se refléter dans l'eau. C'est magique et l'on comprend une fois de plus l'attachement du peintre pour les lieux ou le fait qu'il ait peint cet endroit à de multiples reprises.

Tout change constamment est est en mouvement : les reflets sur l'eau, les couleurs, la lumière... C'est un ravissement.

On avance sur un petit chemin, toujours encadré de verdure, qui suit le tracé du bassin mais parfois repart se perdre au dessus du Ru.

Les plantes, qui vivent là dans des conditions plus que favorables, y sont luxuriantesfoisonnantes et d'une belle diversité. Ainsi, au fur et à mesure de la promenade, nous rencontrons sur les bords, dans un pêle mêle bien pensé, des agapanthes, coeurs de Marie, rhododendrons, gunneras, lupins et autres digitales... Ce ne sont évidemment pas les seules variétés à profiter du coin! 

Belles agapanthes

Belles agapanthes

Délicats cœurs de Marie

Délicats cœurs de Marie

Rhododendrons à foison Rhododendrons à foison
Rhododendrons à foison
Rhododendrons à foison Rhododendrons à foison

Rhododendrons à foison

Gunnera, autrement appelée la rhubarbe géante (quel nom fort à propos!)

Gunnera, autrement appelée la rhubarbe géante (quel nom fort à propos!)

Les hampes colorées des lupins

Les hampes colorées des lupins

Les clochettes des digitales

Les clochettes des digitales

Et puis nous mettons le nez au-dessus de l'eau... et, si l'on ne vient pas trop tôt dans la saison (par exemple vers la fin mai), c'est un véritable spectacle.

Tout d'abord végétal, avec les rois des lieux...

Les nymphéas en folie!Les nymphéas en folie!
Les nymphéas en folie!
Les nymphéas en folie!Les nymphéas en folie!

Les nymphéas en folie!

Mais aussi animal... Et c'est un spectacle aussi captivant que celui des fleurs, qui apporte une touche supplémentaire de poésie à ce jardin.

Les grenouilles accompagnent les visiteurs avec leur coassement
Les grenouilles accompagnent les visiteurs avec leur coassementLes grenouilles accompagnent les visiteurs avec leur coassement
Les grenouilles accompagnent les visiteurs avec leur coassement

Les grenouilles accompagnent les visiteurs avec leur coassement

Et si on a pas mal de chance, on peut aussi apercevoir maman poule d'eau et ses petits..
Et si on a pas mal de chance, on peut aussi apercevoir maman poule d'eau et ses petits..

Et si on a pas mal de chance, on peut aussi apercevoir maman poule d'eau et ses petits..

Reprenons un peu de hauteur et finissons en beauté avec des vues plus larges du bassin.

Le Bassin aux Nymphéas
Le Bassin aux NymphéasLe Bassin aux Nymphéas
Le Bassin aux Nymphéas

Le Bassin aux Nymphéas

Si, après cette visite, vous n'êtes toujours pas rassasiés de beauté, poésie et romantisme, n'hésitez pas à faire un tour dans le village, vous y découvrirez peut être, comme moi, des variétés de plantes que vous ne connaissiez pas et qui ne sont pas chez Monet.

Pour exemple, le rosier dont les photos s'affichent ci dessous : Rosier de Banks Lutea.

Je l'ai vu accroché au mur d'une maison et l'ai instantanément adoré, avec ses délicats pompons jaunes. Mais comment s'appelait-il? Aucune idée... Je l'ai pris en photo, espérant pouvoir percer ce mystère. Cela a duré des mois, jusqu'à un samedi matin où, comme d'habitude, j'étais postée devant Silence, ça pousse! et où l'on m'a offert son nom sur un plateau. Depuis, je cherche l'endroit idéal pour le mettre au jardin!

Rosier de Banks Lutea est une variété grimpante et sans épine!
Rosier de Banks Lutea est une variété grimpante et sans épine!

Rosier de Banks Lutea est une variété grimpante et sans épine!

En sortant de chez Monet, à gauche et en remontant toujours tout droit la rue Monet, on arrive à l'Auberge Baudy (Ancien Hôtel Baudy) où vous pouvez d'ailleurs vous restaurer. Je n'y ai jamais mangé alors je m'abstiendrai de tout commentaire.

Mais vous pouvez aussi tout simplement demander à entrer dans le jardin, si le grand portail n'est pas ouvert, au monsieur derrière le comptoir. Il vous indiquera l'entrée sans difficulté. C'est gratuit.

Cette auberge a reçu nombre de peintres américains, mais aussi Monet et tant d'autres, lorsque Giverny était à la mode. Les artistes américains y séjournaient lorsqu'ils venaient peindre les paysages normands de Giverny. En témoigne, derrière la maison, un atelier construit pour ces hôtes et laissé dans son jus.

Ce jardin possède aussi une belle roseraie, bien que désormais visiblement peu entretenue. Mais cela la rend d'autant plus charmante. On se promène là aussi dans un foisonnemement de fleurs, couleurs, parfums. Tout fait très authentique dans cet endroit. Pas de clinquant, juste une belle histoire, à laquelle on tente de rester fidèle. A aller voir, sans hésiter.

Jardin de l'Auberge Baudy
Jardin de l'Auberge Baudy
Jardin de l'Auberge Baudy
Jardin de l'Auberge Baudy
Jardin de l'Auberge Baudy

Jardin de l'Auberge Baudy

A très bientôt pour d'autres balades!

 

 

Suivez-moi sur Hellocoton

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article